Plein les pattes

C’était le 9 mars. Dernière photo avant le grand chambardement. Tout le monde s’active, le pollen rentre a gogo, stocké sur les pattes arrière. Preuve de ponte, et donc de renouvellement des générations.

Une ruche est bien faiblarde. Prémonition d’une épidémie a venir ? Après consultation, elle est transformée en hôpital : bien au chaud sous une couverture de survie, nourrie d’un pain de candi, sucre solide pose dans le cadre, resserrée dans une ruchette pour ne pas avoir a chauffer cette grande maison pendant les nuits encore froides. Guéris, petite .

Et depuis, une hausse est apparue sur la ruche la plus active, avant un confinement sans visites. La paix… Le grand blanc a du partir ailleurs, et ce n’est pas qu’il lui soit interdit de revenir, son statut d’apiculteur le lui permettrait, mais les kilomètres sont là.. Alors, vive la liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *